Des programmes de nutrition et alimentation au service de l’éducationLe développement pendant l’enfance est influencé par de nombreux facteurs, desquels la santé, l’alimentation et l’éducation jouent un rôle primordial à moyen comme à long terme. La santé et la nutrition sont intrinsèquement liées, l’accès à une nutrition de qualité étant une base essentielle pour un bon développement. Le lien entre l’alimentation et l’éducation est tout aussi central, chacun étant influencé par l’autre.

L’accès à une alimentation de qualité, une nécessité pour une éducation efficace

La proportion de la population mondiale souffrant de la faim a diminué de 15 % en 2000 à 11 % en 2016*. Des efforts restent cependant à mener dans ce sens. Les enfants étant une cible prioritaire. En effet, un enfant sur quatre de moins de 5 ans présentait un retard de croissance en 2014. Soit environ 158,6 millions d’enfants dans le monde ! La lutte contre la faim reste donc un objectif central des Objectifs de Développement Durable (ODD).

L’accès à la nutrition et la lutte contre la faim constituent un tremplin pour faire progresser l’éducation. La lutte contre le retard de croissance et les carences en micronutriments, comme le fer ou l’iode, améliore l’attention en classe et l’apprentissage. Elle augmente donc les chances d’achever les cycles scolaires. De plus, les enfants moins touchés par le retard de croissance au cours de leurs premières années de vie obtiennent des résultats supérieurs aux évaluations cognitives et physiques.

L’éducation, facteur central pour le partage des bonnes pratiques en matière de santé et de nutrition

L’accès à une éducation de qualité permet d’avoir une influence et un impact sur d’autres priorités de développement. Par exemple sur l’éradication de la pauvreté, l’égalité entre les sexes ou l’accès à un emploi décent. L’éducation a aussi un rôle positif dans d’autres objectifs de développement comme la lutte contre la faim et l’accès à la santé.

En 2017, une étude** a mis en évidence que les enfants dont les mères avaient suivi un enseignement secondaire de qualité étaient susceptibles d’être nettement mieux nourris. L’éducation nutritionnelle est un thème qui doit être abordé dès l’école pour aider les enfants à comprendre les besoins de leurs corps en matière de nourriture. De plus l’éducation, au travers du partage de bonnes pratiques en santé comme en alimentation, pour les parents, a des résultats très positifs sur les améliorations de condition de vie de leurs enfants.

Un lien compris par les partenaires de Partage

Des programmes de nutrition et alimentation au service de l’éducationEn Egypte

Notre partenaire local AHEED gère des écoles dans des communautés isolées aux alentours de Minia et Assiout. Certaines de ces communautés sont abandonnées des services publics et les écoles de l’AHEED font aussi office de poste de santé pour la zone. En début d’année scolaire, tous les enfants des écoles de  l’AHEED participent à une évaluation de santé. Une analyse de sang, des repas journaliers et des distributions de médicaments et compléments si nécessaire sont faits pour les enfants en situation de malnutrition.

De plus, des groupes d’apprentissage par les pairs « d’enfant à enfant » sont constitués.  Ils sont formés sur des thèmes de santé et de nutrition. Ces enfants partagent ensuite leurs connaissances avec leurs camarades au travers de campagnes de sensibilisation et d’information. Les groupes de ces écoles ont aussi participé à la préparation des repas pour les enfants bénéficiaires des activités d’été.

Des programmes de nutrition et alimentation au service de l’éducation

Marian, 7 ans, élève à l’école d’El Fagr El Gedid – Égypte

« À l’examen médical de la rentrée, l’école a vu que mon poids n’était pas suffisant. Depuis, on me donne un repas chaque jour durant la récréation. Quelquefois, j’en garde un peu pour mes sœurs. Comme cela elles peuvent y goûter, surtout les fruits ! Mon père ne peut pas nous acheter car ils sont trop chers, comme les pommes et la mangue. L’école est la plus belle chose dans ma vie après ma famille ! »

Au Burkina Faso

Notre partenaire TIN TUA a lancé un projet alliant alimentation et éducation pour les élèves de neuf écoles de la région de l’Est. Ce projet a pour but de mettre à la disposition des écoles des vivres pour assurer le fonctionnement des cantines. En effet, la plupart des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté. Elles parviennent difficilement à garantir une alimentation suffisante à leurs enfants. De plus, compte tenu des aléas météorologiques, les récoltes ont été très mauvaises cette année. Elles ne permettent pas, malgré les aides de l’Etat, de garnir les réserves de la cantine. Le but de ce projet est aussi de mettre en place des potagers scolaires. Ils permettront d’alimenter la cantine scolaire au travers de la production de légumes. La finalité est également d’impliquer les parents, ainsi que les élèves pour qu’ils puissent participer à la production du potager devenant ainsi un lieu d’apprentissage pratique et théorique.

Des programmes de nutrition et alimentation au service de l’éducation

En Equateur

Notre partenaire équatorien, l’INEPE gère une école dans un quartier excentré de Quito, la capitale du pays. Pour l’alimentation de la cantine scolaire, l’INEPE a développé l’utilisation d’un potager local. Notre partenaire avait identifié en 2017 un besoin de formation pour l’équipe s’occupant de la préparation d’aliments de la cantine. Partage a donc, au travers du plan de renforcement de capacités, financé des formations sur la préparation d’aliments sains.

 

Retrouvez le dossier complet sur notre bulletin trimestriel 171 !

Pour soutenir les projets d’alimentation et de nutrition au service de l’éducation, rdv ici

* Selon différentes études menées par les Nations Unies
** The International Food Policy Research Institute