MAEECHA

En Union des Comores MAEECHA, partenaire de Partage depuis 2008, intervient sur l’île d’Anjouan dans le Nyumakele, région la plus densément peuplée de l’île mais aussi la plus pauvre.
À l'école avec des enfants bénéficiaires du programme de notre partenaire comorien MAEECHA
À l’école avec des enfants bénéficiaires du programme de notre partenaire comorien MAEECHA

Les actions de MAEECHA

Zone d'intervention de notre partenaire MAEECHA

Maeecha travaille à promouvoir une éducation de qualité. Elle a ouvert des classes maternelles communautaires qu’elle appuie étroitement sur le plan pédagogique et une école primaire destinée aux enfants les plus marginalisés. Elle intervient également dans les écoles primaires publiques. En matière de santé, des actions de formation en santé scolaire sont développées en étroite collaboration avec les instances locales en charge du suivi des écoles, l’ONG propose aussi une mutuelle permettant aux élèves d’accéder à des soins. Enfin, Maeecha travaille particulièrement avec l’ensemble des acteurs de l’éducation (parents, enseignants, autorités locales…) pour améliorer la gestion de l’éducation dans le pays.

Notre objectif

  • Faire respecter les droits de l’enfant.
  • Permettre aux enfants d’accéder à une éducation adaptée, donner les moyens de réussir leur insertion socioprofessionnelle.
  • Participer à l’évolution des pratiques d’enseignement scolaire pour une meilleure qualité.

Les activités de Maeecha

  • Accompagner les parents à la scolarisation des enfants dès 4 ans ;
  • Renforcer 12 anciennes classes et élargir le réseau des classes maternelles communautaires (4 nouvelles classes dans 2 écoles) ;
  • Ouvrir un centre de formation/application des enseignants petite enfance ;
  • Redynamiser les compétences des élèves des classes élémentaires, des enseignants et des animateurs de vie scolaire (AVS) ;
  • Renforcer et diversifier les activités péri et para scolaire ;
  • Accompagner les AVS à l’appropriation des actions d’éducation et d’hygiène ;
  • Renforcer et diversifier l’action des parents chargés de la veille des absences  ;
  • Appuyer le Conseil d’Ecole de l’ECMA (Ecole Communautaire Maeecha) dans la gestion de la cantine scolaire ;
  • Développer des actions de santé pédiatrique en faveur des élèves ;
  • Prendre en charge les enfants souffrant de malnutrition ;
  • Appuyer la mutuelle de santé scolaire à promouvoir les adhésions ;
  • Développer des actions socio-éducatives, d’information et de protection en faveur des enfants et des jeunes.
En savoir plus sur les Comores
  • Témoignages

    TOILIDINE MADII - PRESIDENT DE LA FEDERATION DES CONSEILS D'ECOLE DU NYUMAKELE

    Toilidine Madii, enseignant de formation …Je suis enseignant de formation… J’ai pu constater les fruits concrets de l’intervention Maeecha notamment la progression du taux de scolarisation des enfants du Nyumakele. Il y a 20 ans, le Nyumakele comptait moins de 6 000 enfants scolarisés, aujourd’hui on compte environ 13 000. C’est une révolution dans les mentalités des communautés du Nyumakele.

    Le  taux de réussite dans les examens nationaux de fin d’année ainsi que ceux de passage dans les écoles supérieures a également augmenté. Dans les années 80 et 90, on comptait sur les doigts d’une main le nombre d’admis à l’examen d’entrée en 6e. Aujourd’hui, on compte plus de 1 000 élèves chaque année, avec un taux de réussite de 70 à 80 %…

  • Focus

    Prévention contre la migration

    L’archipel des Comores est constitué de quatre îles : Grande Comore, Anjouan et Mohéli, qui constituent l’Union des Comores, et Mayotte, une île restée française depuis l’indépendance en 1975. MAEECHA intervient dans le sud de l’Île d’Anjouan, à seulement 70 km de Mayotte. D’un point de vue économique, le PIB par habitant est l’un des plus faibles au monde aux Comores, il est 13 fois moins élevé qu’à Mayotte. Beaucoup d’habitants des Comores n’ont pas l’électricité, il y a peu de routes, les hôpitaux sont en mauvais état. Par conséquent, beaucoup de Comoriens choisissent de partir à Mayotte.
    Le 16 juin 2018, s’est tenue l’Assemblée générale de PARTAGE. Nasser Assoumani, Directeur de l’association MAEECHA qui agit dans le domaine de l’éducation aux Comores, est intervenu sur le sujet de la migration. C’est une situation complexe car pour l’Union des Comores, Mayotte est une île comorienne, et pour le gouvernement français, c’est un département français. Ces deux dernières années, la situation sociale s’est aggravée à Mayotte, et les premières victimes sont les enfants comoriens dont les parents sont considérés en situation irrégulière. Il y a 300 enfants en situation d’isolement sur 6 000 enfants considérés étrangers à Mayotte. Pour Nasser Assoumani, il est impératif de mener une véritable réflexion afin de trouver des solutions. MAEECHA met en place des actions préventives, avec une prise en charge éducative et sanitaire dans le sud de l’île d’Anjouan pour que ces enfants aient des activités de qualité, avec pour objectif de dissuader les parents de se déplacer vers Mayotte.

agence web agence web