Du 9 au 20 août 2021, ADEMA, notre partenaire dans la zone du Bas-Nord Ouest d’Haïti, a réalisé, avec l’appui de PARTAGE, et pour la deuxième fois, un camp d’été dans les écoles Fondamentales d’Application (EFA) de Bombardopolis et de Jean-Rabel intitulé « Sur les pas de François Morel ». À travers cette nouvelle édition, le volet parrainage d’ADEMA, en accord avec la direction de ces deux écoles, aspirait à renforcer la capacité de deux cents enfants en lecture, écriture et création artistique, et à leur permettre de promouvoir leurs droits les plus fondamentaux. Ce projet, qui a débuté au printemps 2021, compte sur la collaboration d’un de nos plus anciens parrains (à PARTAGE depuis plus de 20 ans), François Morel, auteur-comédien, et chanteur, qui a notamment porté la voix et le rêve des enfants lors de sa chronique sur France Inter le 2 juillet dernier, se faisant l’interprète d’un texte créé par les enfants eux-mêmes* et dont plusieurs oeuvres ont été utilisées pendant l’été auprès des enfants.

« Réécoutez le podcast »

Raymond Achille, Responsable du parrainage à ADEMA, explique : « Le camp – qui comprenait des ateliers (lecture-écriture, dessin-peinture, tambour, danse et théâtre) – s’inscrit dans le cadre de la vision d’ADEMA de promouvoir le respect des droits des enfants, principalement le droit à l’éducation et au loisir, droits si négligés ici en milieu rural.

En termes de résultat, il y a eu de grands progrès chez les enfants. Certains savent maintenant que le dessin et la peinture peuvent être des canaux pour faire passer un message et ils ont tenté aussi de produire quelques oeuvres en conséquence. D‘autres ont appris à tambouriner selon quatre rythmes musicaux haïtiens. Les filles ont appris à mieux coordonner leur mouvement en danse. D‘autres ont appris à mimer et à maitriser/ varier leurs émotions et leur tonalité sur scène. Au-delà de ce camp, les enfants, avec l’appui de François Morel, continueront, dans le prolongement des activités artistiques réalisées cet été, à apprendre, à progresser et à produire.

L’heure a sonné pour donner la parole aux enfants. Les enfants qui ont participé au camp, et qui le souhaiteront, vont former un club d’enfants qui aura pour mission de travailler tout au long de l’année académique à la réalisation d‘actions de sensibilisation lors des journées internationales ou nationales relatives à l’enfance. Il interviendra à l‘école et dans la communauté. Que ce rêve puisse réaliser !  »

* À retrouver également dans son dernier livre paru cette semaine : “ça va aller – Chroniques 2019-2021” François Morel – Ed. Denoël