Vous êtes marraine depuis octobre 2006, voulez-vous me raconter comment vous êtes entrée à PARTAGE ? 

Depuis de nombreuses années, je soutiens des associations par des dons ponctuels. Cependant, n’ayant pas d’enfant, j’avais envie d’aider un enfant en optant pour le parrainage. J’ai choisi PARTAGE. 

Pourquoi y êtes-vous restée ?  

Être marraine est quelque chose de formidable. Des liens très forts se tissent avec l’enfant. Chacun raconte sa vie, ses espoirs. Mais aussi, je veux apporter à l’enfant non seulement un soutien financier, mais aussi moral par une correspondance régulière.  

Pour moi, c’est un véritable engagement, mais également une grande joie, celle de recevoir un dessin, une photo, des lignes écrites rien que pour moi, la marraine. D’ailleurs, depuis le début, je conserve toutes les lettres, photos, dessins, bricolages des enfants parrainés. Pour moi, c’est un véritable trésor, non pas enfoui, mais vivant car les liens créés tout au long des années de parrainage demeurent au-delà du temps et de l’espace. 

Vous sentez-vous appartenant à PARTAGE et que représente pour vous le lien avec PARTAGE ? 

Ah oui, tout à fait. Non seulement, vous assurez le lien avec les donateurs, mais aussi et surtout entre les enfants et les parrains et marraines, sans lequel le parrainage serait plutôt difficile. En outre, vos correspondants locaux sur place sont-ils un maillon essentiel du parrainage par le suivi de l’enfant et sa relation avec les parrains et marraines. 

Vous avez fait le choix de continuer votre soutien à PARTAGE après votre décès. C’est un geste fort. Pouvez-vous me dire ce qui vous a conduite à faire cette démarche ? 

C’est une démarche très personnelle. En fait, je suis marraine de deux filleules que j’ai désignées comme bénéficiaires de mon assurance-vie. Du coup, l’idée m’est venue de rajouter PARTAGE comme 3e bénéficiaire, étant marraine chez vous. 

Est-ce que la démarche a été simple ?  

Oui, j’ai tout simplement indiqué à mon assurance les coordonnées de PARTAGE dans mon contrat d’assurance-vie.