Parrains, marraines, restez informés des nouvelles du terrain !

Parrains, marraines, restez informés des nouvelles du terrain

Retrouvez ici les dernières actualités de chacun des partenaires sur le terrain en cette période de crise sanitaire.
  • AFRIQUE - RACINES au Bénin

    Bénin Racines 2020 - Partage

    Réouverture des bars, des lieux de cultes et reprise de circulation des véhicules de transport en commun à partir du 02 juin. Obligation pour toutes organisations de prévoir et faire respecter les mesures d’hygiène et les gestes barrières. Un cordon sanitaire est toujours en place autour de 8 grandes villes dans le sud.  Reprise progressive de l’école mi-mai pour les CM2 et les collèges. Pas de reprise de l’école avant fin août / début septembre pour les CP, CE1 CE2 et CM1.  Pas de reprise prévue pour les écoles maternelles. Augmentation soudaine du nombre de cas au Bénin (possibilité d’un retour du cordon sanitaire). 850 cas confirmés, 13 décés.

    Le projet urgence/prévention se poursuit dans les Collines et l’ensemble des enfants ont reçu des masques. Il y a peu de prise de conscience de la population par rapport aux masques mais une vraie évolution quant au lavage des mains qui devient fréquent. Racines poursuit son activité dans les écoles auprès des classes de CM2 . Les visites à domiciles ont également lieu.

  • AFRIQUE - DISPENSAIRE TROTTOIR au Burkina Faso

    Dispensaire Trottoir - Burkina Faso - Partage 2018

    Le Burkina dénombre à ce jour 885 cas confirmés, 760 guérisons et 53 décès. De nombreuses mesures, dès le début de l’épidémie dans le pays, ont probablement permis d’éviter le pire (quarantaine des villes où des cas ont été dénombrés notamment Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, fermetures écoles, interdiction des regroupements…). Le couvre-feu prend fin également. Prévue pour début juin, les élèves qui ne sont pas en classes de passage ne reprendront finalement pas l’école avant la rentrée d’octobre. Ceux en classe d’examen ont repris le 1er juin.

  • AFRIQUE - TIN TUA au Burkina Faso

    Tin Tua - Burkina Faso - Partage 2017

    Il n’y a pas eu de cas détecte à Fada N’Gourma et les activités reprennent en douceur. Le couvre-feu est maintenu. Tin Tua doit cependant faire face à une double crise : les mesures  liées au COVID et l’insécurité du pays.
    Tin Tua a soumis à Partage un projet d’urgence COVID19 qui est en cours d’analyse.
  • AFRIQUE - ASA à Madagascar

    ASA - Madagascar - Partage 2014

    Projet urgence Covid-19 ASA -Gel Hydroalcoolique

    A l’ASA, les écoles restent toujours fermées sauf pour les classes d’examens officiels qui ont repris depuis le 22 avril. Pour les autres classes, des devoirs sont envoyés à la maison pour que les enfants les traitent puis  les parents ramènent les devoirs traités à l’école.  Si au départ la pandémie ne touchait que 2 grandes villes (Tanà et Tamatave), maintenant presque dans toutes les régions on enregistre des cas et ce malgré les mesures et dispositifs mis en place.

    Jusqu’ici, aucun membre du personnel ni des familles bénéficiaires de l’ASA n’ont été touchés bien que la pandémie sévisse dans les régions de nos 2 sites d’accueil des familles.

    Par rapport au projet urgence COVID-19 sur la ZMA, les deux premières semaines ont été consacrées aux divers achats et commandes de matériels dans le cadre de ce projet. L’ASA rencontre des difficultés à trouverdes thermomètres à infrarouge et équipements pour le corps médical (blouses, lunettes). Un premier envoi de ces matériels et vivres a été effectué la semaine dernière. Un deuxième envoi sera fait en fin de semaine en attendant les autres livraisons (compléments alimentaires).

    Projet urgence Covid-19 ASA - Nebuliseur et gantSur le terrain, l’équipe est déjà préparée à mener des actions de sensibilisation. Des affiches (en malagasy) ont été envoyées par mail bien en amont afin que chacun se les approprie et prépare son intervention. Les affiches en version papier ont été envoyées par le premier transport et l’opération est lancée.

  • AFRIQUE - BEL AVENIR à Madagascar

    Bel Avenir - Madagascar - Partage 2019

    Le nombre de cas est en train de progresser depuis fin mai à Madagascar: selon les chiffres officiels, 957 cas avérés de COVID-19, 201 guérisons et 7décès. Le pays connait des émeutes dans certaines régions, la police fait preuve de « fermeté » (bastonnades) vis à vis de ceux qui ne portent pas de masques.  Le débat est toujours intense autour du CVO « remède malgache ». La crise économique et sociale est déjà importante. Madagascar ne parle pas encore d’un « après », les chiffres officiels étant largement sous-estimés. L’effet collatéral inattendu de la pandémie est l’augmentation importante du nombre de grossesses précoces.

    Bel Avenir a réouvert des classes d’examens pour les terminale, 3e et 7e (en respectant les mesures de distanciation sociale et d’hygiène). Les autres classes demeurent fermées. Les enseignants copient les devoirs dans les cahiers des élèves qu’ils viennent chercher une fois par semaine en même temps que leur kit alimentaire.

  • AFRIQUE - VAHATRA à Madagacar

    Madagascar-Vahatra - Partage

    Effet collatéral inattendu de la pandémie: l’augmentation du nombre de grossesses précoces est à craindre.
    Au niveau des écoles, les classes de terminale, 3e et 7e ont réouvert (en respectant les mesures de distanciation sociale et d’hygiène). Les autres classes ne ré-ouvrent pas encore. Les enseignants copient les devoirs dans les cahiers des élèves qu’ils viennent chercher une fois/semaine en même temps que leur kit alimentaire.
    Le projet VH urgence COVID19 a été validé par Partage. Il est destiné à 505 enfants et leurs parents et comprend:
    – des visites régulières au domicile des enfants
    – l’envoi de SMS de prévention et des appels téléphoniques réguliers dans le cas où la visite est difficile.
    – la distribution de kits d’hygiène en faveur des enfants, particulièrement ceux qui vivent en zone rurale.
    – une prise en charge exceptionnelle en faveur des enfants les plus précaires.
  • AFRIQUE - MAEECHA en Union des Comores

    Union des Comores - Maeecha - Partage 2019

    Message de Madame Hidaya Antoy, responsable du parrainage chez MAEECHA :

    « L’équipe de Maeecha a été confinée durant deux mois et demi. Dans l’ensemble des Comores, il n y a pas eu de confinement en tant que tel. Nous appliquons les gestes barrières préconisés par l’état et respectons les couvre-feu de 20h jusqu’à 05h du matin. L’état nous informe que le virus circule toujours. Nous essayons de vivre avec..

    Nos frontières sont toujours fermées. Seuls les avions qui approvisionnent les médicaments arrivent chez nous.

    Pendant toute la période de confinement, toutes les administrations fonctionnaient au ralenti. Elles reprennent petit à petit le rythme habituel.

    Le 1er juin, nous avons repris le chemin du Nyumakele malgré le virus. Nous appliquons les gestes barrières et limitons les rassemblements de plus de 20 personnes. Malgré les sensibilisations, au Nyumakele certaines personnes doutent de l’existence du virus ; pour cela les activités sur le terrain sont très limitées de peur de nous exposer et d’exposer les autres.

    La reprise des cours reprend le 1er juillet, mais uniquement pour les CM, les 4e, les 3e et les terminalistes.

    Nous comprenons l’inquiétude des parrains et des marraines. Même si c’est très compliqué, nous réfléchissons  à un moyen de pouvoir les rassurer et les soutenir dans ces moments très difficiles en leur donnant des nouvelles de leurs filleul.e.s. »

  • AMÉRIQUE LATINE - AGACC au Brésil

    AGACC - Brésil - Partage 2014

    Le Brésil est actuellement le pays le plus touché par la crise du COVID-19. Au 8 juin, il y a déjà plus de 742.084 cas confirmés et 38.497 décès.

    Dans la province du Céara, la zone d’intervention de l’Agacc mais aussi la 3éme région la plus touchée, les écoles restent fermées jusqu’au 27 juillet au moins.

    L’AGACC a dû cesser ses activités et une partie de l’équipe est en télétravail. L’AGACC reste le plus possible en contact avec les familles, pour leur partager des idées d’activités pédagogiques à faire à la maison, les sensibiliser sur la situation actuelle et pour mettre en place des mesures de prévention d’hygiène, conformément aux recommandations actuelles.

    Dans les communautés, des petits paniers ont été préparés par les équipes à destination des enfants et familles les plus vulnérables, avec de la nourriture et du matériel d’hygiène de base. Pour les enfants n’ayant pas de matériel scolaire à la maison, l’AGACC a également mis à disposition un petit kit comprenant des stylos, crayons de couleur et du papier. L’équipe fabrique également des masques et forme les familles sur la fabrication de ces derniers.

    Un suivi des élèves est également fait au travers de vidéos WhatsApp.

    Voici un petit mot de la Directrice Opérationnelle de l’AGACC :
    « Nous sommes conscients que les familles ont besoin de ce soutien et de cette orientation, nous allons unir nos efforts pour les aider dans toute la mesure du possible, et nous nous sentons renforcés par le soutien de Partage en ces temps tendus. Alors nous vous remercions au nom de tous les bénéficiaires qui sont touchés par votre solidarité. Avec courage et foi, nous allons surmonter les défis et vaincre la peur, en espérant que notre planète sera bientôt guérie. »

  • AMÉRIQUE LATINE - INEPE en Équateur

    Au 18 mai, l’Equateur recense 33 182 cas confirmés et 2 736 décès. Le président Lenin Moreno a admis que les registres ne reflètent qu’une partie de la réalité. Cette impression est renforcée par la saturation des morgues et par l’effondrement du système de santé.
    Les écoles, les commerces accueillant plus de 30 personnes sont fermés, ainsi que les frontières, les transports aériens, terrestres et maritimes et une restriction de la circulation automobile est faite dans les villes, sauf pour se rendre dans les hôpitaux, les pharmacies et les supermarchés.

    Au sein de l’INEPE, l’accueil des enfants n’est donc pas maintenu. Les équipes administratives et la direction sont en télétravail. Elles diffusent un guide d’information à destination des parents sur ce qu’est le COVID 19 et sur les actions de prévention à mettre en place.

    Patricio Raza, Directeur de l’INEPE écrit :
    « Estamos en comunicación y actitud solidaria permanente con las familias de los niños, niñas y adolescentes de la Unidad Educativa y de los vecinos del sector para cualquier necesidad que se presente. Coincidimos plenamente en que hoy, más que nunca, se hace necesaria la solidaridad para tomar las acciones necesarias que garanticen el cuidado de la vida de todos. Momento difícil que atravesamos y que constituye un reto para asumir compromisos profundos y sinceros para transformar las relaciones con uno mismo, con los demás, con la naturaleza, con el planeta. »

    Traduction : « Nous maintenons une communication active et solidaire avec les familles, les enfants et les adolescents de l’Unité Educative ainsi qu’avec les voisins du secteur pour répondre à tout besoin. Plus que jamais, il y a consensus aujourd’hui pour approuver le fait que la solidarité est nécessaire pour mettre en place les actions indispensables qui garantissent la santé dans la vie de chacun. Ce moment difficile que nous traversons constitue un défit pour assumer des engagements profonds et sincères qui transformeront les relations envers soi-même, les autres, la nature, la planète. »

  • AMÉRIQUE LATINE - SAN JUAN en Équateur

    San Juan - Equateur - Partage 2019

    Au 8 juin, l’Equateur recense 43.917 cas confirmés et 3690 décès. Le président Lenin Moreno a admis que les registres ne reflètent qu’une partie de la réalité. Cette impression est renforcée par la saturation des morgues et de l’effondrement du système de santé.
    Les écoles les commerces accueillant plus de 30 personnes sont fermés, ainsi que les frontières, les transports aériens, terrestres et maritimes et une restriction de la circulation automobile est faite dans les villes, sauf pour se rendre dans les hôpitaux, les pharmacies et les supermarchés.

    La fondation San Juan travaille sur un projet urgence de distribution de matériel éducatif pour les enfants et d’équipements d’hygiène pour les travailleurs de San Juan pour que les thérapies puissent être réalisées chez les enfants directement.

    Mercy Barragan Machado, la directrice de la fondation San Juan nous écrit :
    « Nous savons qu’en France aussi les temps sont difficiles, s’il vous plait, prenez-soin de vous ! »

  • AMÉRIQUE LATINE - COMPARTIR au Honduras

    Compartir Honduras - Partage 2019

    Le Honduras, comme de nombreux pays vit actuellement une période de confinement après avoir fermé toutes ses écoles et ses frontières pour les européens, chinois, iraniens et coréens.

    Au 8 juin, le pays recense 6935 cas confirmés et 271 décès.

    L’équipe de Compartir a dû suspendre pour le moment ses activités directes dans les quartiers précaires de Tegucigalpa, mais tente au maximum de rester en contact par téléphone avec les familles pour prendre de leurs nouvelles, leur donner des conseils et estimer la situation. Elle a ainsi mis à la disposition des 3 centres de santé ses véhicules qui tournent dans les quartiers avec des haut-parleurs pour faire de la sensibilisation.

    Compartir a tenu à partager avec vous, marraines et parrains, un petit message de solidarité :
    « Necesitamos Creer… Creer que veremos un nuevo amanecer en libertad y pronto volveremos a disfrutar de la amistad Creer que la tormenta ágil volará y que todo el caos en historia quedará Creer que lo mejor está por venir y que nuevamente lograremos sonreír. ¡Un fuerte abrazo desde Honduras! »

    Traduction :
    « Nous avons besoin de croire… Croire que nous verrons une nouvelle aube en liberté et que bientôt nous profiterons à nouveau de l’amitié Croire que la tempête agile s’envolera et que tout le chaos dans l’histoire restera Croire que le meilleur est à venir et que de nouveau nous arriverons à sourire. Une etreinte chaleureuse depuis le Honduras !« 

  • CARAÏBES - ACDED en Haïti

    ACDED - Haïti - Partage

    5.077 cas ont été confirmés, ainsi que 88 décès. Ces chiffres sont considérés comme bien en deça de la situation, moins de 10.000 tests ayant été faits depuis le début de la crise.  Le pays est en état d’urgence au moins jusqu’au 20 juillet. Les écoles restent fermées et il n’est pas possible de savoir quand elles pourront rouvrir, il existe un couvre-feu la nuit de 20h à 5h.

    Les mouvements sociaux continuent et il y a encore des blocages de routes mais plus de grandes manifestations de peur de la contamination, tout fonctionne au ralenti.

    « Haïti a fait le choix d’importer massivement des denrées au lieu de renforcer sa production locale. En pleine pandémie de Covid-19, la paysannerie est aujourd’hui dans l’impossibilité de constituer des stocks pour nourrir la population », écrit le CCFD dans un communiqué. Avec la fermeture des frontières, les difficultés pour s’alimenter se sont logiquement accrues.

    L’ACDED fait des campagnes de sensibilisation à l’hygiène auprès des enfants des écoles soutenues, en particulier sur les gestes barrières.

  • CARAÏBES - ADEMA en Haïti

    ADEMA - Haïti - Partage

    5.077 cas ont été confirmés, ainsi que 88 décès. Ces chiffres sont considérés comme bien en deça de la situation, moins de 10.000 tests ayant été faits depuis le début de la crise.  Le pays est en état d’urgence au moins jusqu’au 20 juillet. Les écoles restent fermées et il n’est pas possible de savoir quand elles pourront rouvrir, il existe un couvre-feu la nuit de 20h à 5h.

    Les mouvements sociaux continuent et il y a encore des blocages de routes mais plus de grandes manifestations de peur de la contamination, tout fonctionne au ralenti.

    « Haïti a fait le choix d’importer massivement des denrées au lieu de renforcer sa production locale. En pleine pandémie de Covid-19, la paysannerie est aujourd’hui dans l’impossibilité de constituer des stocks pour nourrir la population », écrit le CCFD dans un communiqué. Avec la fermeture des frontières, les difficultés pour s’alimenter se sont logiquement accrues.

    Adema a réalisé des caravanes de sensibilisation et un placardage des affiches du ministère de la santé. De plus l’organisation fait de la sensibilisation, de l’installation de kits de lavage de main et de la distribution de savon / chlore dans les familles. Il y’a maintenant quelques cas dans le Bas Nord-Ouest, ce qui fait que Adema est en vigilance avancée avec l’équipe.

  • ASIE - BANDOS KOMAR au Cambodge

    Bandos Komar - Cambode - Partage 2020Le gouvernement cambodgien a instauré des mesures de confinement pour lutter contre le COVID-29. Les maternelles, écoles, collèges et universités sont fermés ; les vacances scolaires ont été décalées et ont lieu en avril pendant le Nouvel An khmer. Les événements liés au sport, spectacles ou aux rencontres religieuses sont suspendus. Il met en place un système de e e-learning pour les niveaux 9 à 12 (fin de collège et lycée).

    Bandos Komar continue à travailler et a mis en place le télétravail. Les déplacements dans les provinces sont fortement limités et soumis à l’approbation de Monsieur Sothirak, Directeur Général. Suite à la fermeture des écoles, Bandos Komar recommande de ne pas maintenir les activités directes avec les enfants, mais de se concentrer sur les activités de coopération avec le gouvernement et les activités qui impliquent peu de personnes (mise en place des jardins scolaires ; rénovation dans les écoles).

    Monsieur Sothirak nous adresse ce message :
    « It is much appreciated to Partage that still commit to support partners although it is in the difficult situation of global health crisis. I would express sincere thanks to Partage team and sponsors and wish you all, your relatives, sponsor parent and French people are safe. I do hope human can fight COVID-19 successfully in the short coming« .

    Traduction :
    « Nous apprécions beaucoup que Partage continue à soutenir ses partenaires malgré cette situation difficile de crise sanitaire globale. J’aimerais exprimer mes remerciements les plus sincères à l’équipe de Partage et aux parrains/marraines et vous souhaiter, ainsi qu’à vos proches et à tout le peuple français, d’être en bonne santé. J’espère que l’être humain gagnera très prochainement son combat contre le COVID-19. »

  • ASIE - SARD en Inde

    SARD - Inde - Partage 2019

    456.000 cas ont été confirmés (dont 18.893 cas dans l’Uttar Pradesh), ainsi que 14.476 décès.

    SARD a fermé ses bureaux de Moradabad suite au passage en zone rouge du district. Mais l’équipe peut travailler de chez elle en cas d’urgence.

    Des paquets alimentaires ont été distribués à plusieurs familles ayant des enfants parrainés. 2.500 livrets sur le Covid ont été publiés et distribués aux personnels médicaux de Moradabad. Un suivi régulier des bénéficiaires est fait par téléphone/WhatsApp/FB ainsi que des sessions de prévention et des cours. Certaines activités auprès des enfants ont pu avoir lieu dans les villages.

  • ASIE - BIKALPA au Népal

    Bikalpa - Népal - Partage 2018

    10.099 cas ont été confirmés, ainsi que 24 décès.

    Le confinement est légèrement allégé. Certains marchés ont pu ré-ouvrir.

    Les équipes ont pu sensibiliser les bénéficiaires sur le C-19. Du savon et de la nourriture ont été distribués à l’ensemble des enfants des programmes. Bikalpa publie beaucoup sur internet pour communiquer les messages de prévention. Bikalpa a notamment créé un groupe FB sur le C19 pour les enfants. A travers les conseils d’enfants pour la paix, les écoles et les familles, Bikalpa communique sur des activités à faire à la maison. L’émission télé continue avec Helina et la nouvelle Présidente, Dr. Tseten.

  • ASIE - CWCN & VOC au Népal

    CWCN - Népal - Partage 2018

    10.099 cas ont été confirmés, ainsi que 24 décès.

    Le confinement est légèrement allégé. Certains marchés ont pu ré-ouvrir.

    VOC : Les bureaux sont fermés (suspension des formations, réunions et groupes de travail) mais les centres restent ouverts et les activités des centres d’accueil et de sociabilisation sont maintenues.

    CWCN : Le télétravail a été mis en place et les équipes appellent les bénéficiaires par téléphone.

  • ASIE - CPCR en Thaïlande

    CPCR - Thaïlande - Partage

    L’état d’urgence et le couvre-feu sont maintenus jusqu’au 30 juin pour éviter une deuxième vague, (dispositif fortement allégé). Néanmoins, réouverture de presque l’ensemble des commerces.  Les écoles vont  pouvoir reprendre le 1er juillet.

     Le CPCR a conduit un sondage auprès de plus de 10.000 élèves des « child protection school » pour savoir comment le confinement les a impactés. 237 sachets d’activités manuelles ont été préparés pour les enfants par des volontaires. Des collectes de nourritures ont été faites dans les communautés.

    3.157 cas confirmés, 58 décès

  • ASIE - HSF en Thaïlande

    L’état d’urgence et le couvre-feu sont maintenus jusqu’au 30 juin pour éviter une deuxième vague, mais ils sont fortement allégés. Néanmoins, presque l’ensemble des commerces ont réouvert.  Les écoles vont  pouvoir reprendre le 1er juillet.

    HSF a assuré le suivi des bénéficiaires par téléphone sur toute la période avec au moins deux appels par semaine. 24 nouvelles familles ont été référencées par HSF entre mars et mai. HSF, outre le contact régulier, les conseils et le soutien psychologique, a fourni une assistance financière à 139 familles, des kits alimentaires à 140 familles et les paniers de plants de légumes à 24 familles. 9 personnes ont été employées dans la ferme de Tasala.

  • ASIE - ANH DUONG au Vietnam

    Anh Duong - Vietnam - Partage 2014Le Vietnam a réagi rapidement lorsque la maladie a été signalée en Chine en contrôlant strictement la frontière avec la Chine et en mettant en quarantaine les personnes venant de Chine et d’autres pays touchés par la maladie. Le pays a mobilisé toutes les ressources, mis en place des politiques de quarantaine rigoureuses et effectué un suivi complet de toutes les personnes en contact avec les personnes infectées.

    Néanmoins, à compter du 1er avril 2020, le Vietnam a interdit les rassemblements de plus de deux personnes à l’échelle nationale dans tous les lieux publics à l’exception des hôpitaux et suggère aux habitants d’éviter de quitter leur domicile ou seulement par obligation, en cas d’urgence, pour le travail ou simplement pour aller acheter des vivres. Il faut toutefois prendre soin de respecter à l’extérieur, une distance minimale de deux mètres avec les autres individus. Aucun décès n’est à déplorer. Les écoles sont fermées.

    Monsieur Minh Bui, responsable du Parrainage au sein de l’équipe d’ANH DUONG écrit :

    « En raison de l’épidémie du coronavirus, les écoles sont fermées. l’Association Anh Duong est très affectée car de nombreux bailleurs ont cessé de nous transférer leurs dons.
    Les populations les plus pauvres sont celles qui rencontrent le plus de difficultés. Notamment, dans la province de Hau Giang, elles ne peuvent plus aller travailler. Elles sont confinées à la maison avec « toutes les bouches à nourrir » sans aucun revenu.
    Anh Duong aide les communautés locales les plus pauvres en apportant des masques, du savon pour les mains, des indispensables et de la nourriture. Les équipes d’Anh Duong visitent également les familles pour les entraîner aux gestes barrières, à bien mettre le masque et les informer sur la maladie.
    Même si les écoles sont fermées, les responsables de la sécurité et les enseignants continuent à nettoyer les classes pour qu’elles soient prêtes pour le retour des élèves quand la pandémie sera sous contrôle.
    Merci et gratitude à Partage et à tous les parrains de continuer à nous soutenir. Nous souhaitons une bonne santé au peuple français ».

  • EUROPE - DUGA en Bosnie-Herzégovine

    Le 18 mars 2020, le gouvernement du Canton de Sarajevo a étendu les ordres de l’état-major de protection civile de la Fédération de Bosnie-Herzégovine en suspendant l’activité des centres commerciaux, à l’exception des pharmacies et des magasins de produits alimentaires. Toutes les activités sont arrêtées.

    DUGA a fermé son bureau et tout le personnel travaille de chez lui. L’équipe met tout en oeuvre, au travers des réseaux sociaux, pour maintenir le lien avec les familles affectées, afin d’assurer une certaine continuité pédagogique en diffusant des cours et des exercices destinés aux enfants.

    Anka Izetbegovic, Directrice Générale de DUGA écrit :

    « We are keeping contacts with educators, children and their families trying to provide them support. Also, we provide online speech therapy and counseling for our beneficiaries. Parents and teachers are being provided with different educational materials. »

    Traduction : « Nous restons en contact avec les éducateurs, les enfants et leur famille et essayons de leur apporter du soutien. Nous proposons à nos bénéficiaires des conseils en ligne et de l’ortophonie. Nous fournissons aux parents et aux enseignants différents outils éducatifs. »

  • EUROPE - GÉNÉRATION MÉDIATEURS en France

    Génération Médiateurs - France - PartageGénérations Médiateurs opérant au sein des écoles françaises, les activités sont actuellement totalement suspendues dans l’attente de la fin du confinement.

  • EUROPE - RENAITRE ROMANIA en Roumanie

    Renaitre - Roumanie - Partage 2018La Roumanie a instauré l’état d’urgence le 16 mars, pour une durée de 30 jours, impliquant la fermeture des écoles (au moins jusqu’au 21 avril) et la suspension des cours dans les universités.

    Les frontières avec les pays hors-UE sont fermées et des mesures de quarantaine renforcées ont été prises pour tout voyageur venant d’un pays ayant plus de 500 cas confirmés sur son territoire.

    Renaître a fermé tous ses centres et son personnel est en télétravail. Renaître reste en contact avec les familles bénéficiaires et leur apporte un soutien en cas d’urgence, notamment par le biais de distribution de colis alimentaires.

  • MOYEN ORIENT - AHEED en Égypte

    AHEED - Egypte - Partage 2017À compter du 15 mars, les cours ainsi que toutes les activités dans les écoles, les instituts et les universités du pays ont été suspendus. À l’arrivée dans les aéroports internationaux ainsi qu’aux frontières, des contrôles médicaux (prise de température) ont été mis en place. Les grands rassemblements tels que les conférences, les expositions, les compétitions sportives ou encore les événements culturels sont interdits. Un couvre-feu a été instauré de 19h à 6h du matin.

    Le personnel de l’AHEED est en télétravail et tout le personnel éducatif des écoles est au chômage technique depuis le 19 mars, après avoir préparé du matériel éducatif et pédagogique à faire à la maison pour les enfants. Des campagnes de sensibilisation sur le terrain (tant que c’était possible) et en ligne ont été lancées sur les gestes barrières et les comportements à adopter.

  • MOYEN ORIENT - SESOBEL au Liban

    MSL - Liban - Partage 2017Le gouvernement libanais a déclaré l’état d’urgence ainsi que le confinement de la population.

    L’aéroport international de Beyrouth et tous les points d’entrée (aériens, maritimes et terrestres) sont fermés. Toutes les écoles, les universités, les cafés, les restaurants et les commerces non essentiels sont fermés à l’exception des établissements à caractère sanitaire.

    Le SESOBEL est fermé. Avant cela, des sensibilisations avaient été organisées à destination des enfants et des familles pour leur apprendre les gestes barrières à adopter. Des permanences sont organisées par les membres du SESOBEL pour recevoir les demandes et questionnements des familles bénéficiaires, et organiser des aides si nécessaire. L’équipe d’assistance respiratoire est en alerte, prête à intervenir dès que possible. Des colis alimentaires et d’hygiène sont préparés et livrés aux familles qui en font la demande (même si les demandes sont plus importantes que les capacités du SESOBEL).

  • MOYEN ORIENT - MSL au Liban

    MSL - Liban - Partage

    Le centre de Sin EL Fil  a réouvert le 11 mai sans accueillir les bénéficiaires. Chaque membre de l’équipe travaille 3 jours par semaine au centre et 2 jours online pour éviter l’encombrement au centre et assurer la meilleure protection à tous. On fait des accueils individuels pour les cas urgents en prenant toutes les précautions. Nous travaillons en ligne avec les familles ainsi que les enfants qui participent au soutien scolaire.

    Le gouvernement a établi un plan de dé-confinement qui se termine le 5 juillet ainsi tout le monde reprendra le travail avec toutes les mesures de précaution. Il reste qu’il y a toujours de nouveaux cas de Covid 19. Le ministère de l’éducation a déclaré la fin de l’année scolaire 2019-2020 avec réussite pour tous les élèves qui n’ont pas été absents plus de 20%,  ainsi que le début de la nouvelle 2020-2021 début septembre.

  • MOYEN ORIENT - IBDAA en Palestine

    IBDAA - Palestine - Partage 2018Le lien est maintenu avec les familles soutenues, notamment les enfants de la maternelle, pour assurer une continuité pédagogique.

    Les centres d’IBDAA sont fermés et tout le personnel est en télétravail. Le centre est entièrement désinfecté pour prévenir des possibles cas de contagion.

    L’état d’urgence a été déclaré le 7 mars en Cisjordanie, suite à la découverte d’un cas à Beethlem. Il n’est pas possible de connaître le nombre exact de cas en Palestine, du fait de l’extrême dénuement du système hospitalier des territoires. Il est cependant à noter qu’une coopération renforcée a été établie entre l’Autorité Palestinienne et Israël, notamment aux points de contrôle.

agence web agence web