Projet Partage 2021 : aidez les enfants et les jeunes issus de milieux défavorisés à mieux surmonter les obstacles nés des crises libanaises et de l'explosion de Beyrouth

Crises libanaises et explosion à Beyrouth : aidez les enfants et jeunes issus de milieux défavorisés à surmonter les obstacles et à préparer leur avenir

Projet sur 3 ans avec notre partenaire MSL - Liban

En 2019, 18 % de la population vit dans l’extrême pauvreté, en 2020, le chiffre s’élève à 25 %. Aidons les enfants et les jeunes les plus défavorisés !

[CONTEXTE] Le Liban : série de crises et explosion à Beyrouth

L’explosion d’août 2020 qui a ravagé le port de Beyrouth est venue s’ajouter à une longue suite de crises qui touchent le Liban depuis plusieurs années, et qui se sont accélérées depuis octobre 2019 et la Révolution qui a abouti à la démission du premier ministre Saad Hariri. Cette crise politique s’est doublée d’une crise économique, larvée depuis de nombreuses années, déclenchée entre autres par la décision du gouvernement libanais, au plus fort de la crise politique, de limiter les retraits en dollars, pour éviter une faillite des banques. Cette crise est le résultat d’années de mauvaise gestion des comptes publics, en plus d’une corruption endémique dans le pays. Une grande partie de la population a, dès lors, soit perdu son emploi, soit dû accepter de voir son salaire réduit, pour assurer la survie des entreprises.

À ceci s’est ajoutée une crise sanitaire, avec la pandémie mondiale du COVID-19 à partir de mars 2020, qui a provoqué une crise sociale, plongeant une plus grande partie de la population encore dans le chômage et la pauvreté, du fait des confinements et fermetures forcées des entreprises et magasins.

Ces crises touchent la totalité de la population libanaise, mais plus particulièrement les populations les plus vulnérables : Libanais pauvres et réfugiés syriens et palestiniens, qui en subissent de plein fouet les conséquences.

Dans les quartiers de Bourj Hammoud et de Sin-El-Fil, où intervient depuis plusieurs décennies le Mouvement Social Libanais, les habitants ont été particulièrement touchés par l’explosion. Selon un diagnostic réalisé par le MSL suite à la catastrophe, environ 80 % des habitants déclaraient un ou plusieurs troubles indicateurs d’un stress post-traumatique, comme la perte de sommeil, des cauchemars récurrents ou la peur qu’une autre catastrophe puisse se produire à tout moment. Ces troubles viennent s’ajouter à ceux provoqués par la guerre, pour les réfugiés syriens en particulier, et par les multiples conséquences de la pauvreté et des tensions familiales qu’elle provoque.

Par ailleurs, si l’explosion du port de Beyrouth a eu des conséquences certaines sur la scolarisation des enfants, les écoles ayant été fermées pendant de longs mois suite à cette catastrophe, ce n’est pas la seule raison des retards pris en la matière. Le système éducatif libanais est chroniquement sous-dimensionné et n’est pas en capacité de fournir une éducation de qualité à tous les élèves, mais a de plus connu de multiples fermetures tout au long de l’année 2020 à cause des crises politiques et sanitaires. Venant s’ajouter à un programme scolaire complexe (à partir du secondaire, la majeure partie du programme est enseigné en Français ou en Anglais), les enfants des communautés les plus vulnérables voient leurs opportunités d’éducation et de formation drastiquement réduites.

[Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse] Soutien psychologique et social

Le Mouvement Social Libanais intervient dans les quartiers de Bourj Hammoud, Sin-el-Fil et Jnah depuis plusieurs décennies. L’association a mis en place plusieurs centres de développement dans la périphérie de Beyrouth apportant des services concrets à plusieurs milliers d’enfants : école maternelle, soutien scolaire, centres de formation professionnelle, sensibilisation à la citoyenneté, ateliers de théâtre, espaces de débats et d’expression.

Les enfants et les jeunes des quartiers de Bourj Hammoud, de Sin-El-Fil et de Jnah ont aujourd’hui besoin d’un soutien à la fois psychologique, pour les aider à surmonter ces différents traumatismes, mais aussi social, pour créer des climats familiaux propices à leurs réussites.

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse a pour objectif de proposer des séances de soutien psychosocial, dispensées par un animateur spécialisé à environ 450 enfants et jeunes et 450 parents. Aux enfants présentant des niveaux de détresse élevée, il sera proposé des soutiens psychologiques et psychiatriques supplémentaires.

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse a également pour objectif d’orienter les enfants et jeunes de 6 à 17 ans en situation vulnérable vers des parcours éducatifs plus pertinents. 12 événements seront organisés par le MSL pour d’abord de déterminer les intérêts des enfants et jeunes en termes de carrière, pour ensuite leur proposer des journées d’orientation, des forums, des portes ouvertes ou des ateliers afin de répondre au mieux à leurs besoins de formation pour leur futur. Plus de 500 enfants et jeunes seront concernés. Les enfants bénéficieront de soutien scolaire et de sessions d’aide aux devoirs pour limiter les risques de décrochage scolaire du fait des retards liés aux fermetures des écoles et aux difficultés des familles à fournir un accompagnement à leurs enfants et dans le but de favoriser la poursuite de leurs études. Des activités de rédaction et de dessin seront organisées régulièrement afin qu’ils puissent exprimer leurs sentiments et leurs pensées pour renforcer leur confiance en eux.

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse propose des formations professionnelles et sessions d’alphabétisation à près de 250 parents, afin de favoriser l’accompagnement des enfants dans leurs études, de renforcer le bien-être et l’autonomie des familles.

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse prévoit également des échanges d’expériences en temps de crises entre psychologues et assistants sociaux français et libanais. Le personnel du MSL sera quant à lui formé à la pédagogie centrée sur l’apprenant et aux plateformes d’enseignement à distance notamment.

[IMPACTS] Venir en aide aux enfants et jeunes libanais marqués psychologiquement et socialement par les crises et l’explosion

Ce projet a un impact à plusieurs niveaux : 

  • Venir en aide immédiatement et régulièrement auprès d’enfants et jeunes en souffrance psychologique via des séances de soutien psychosocial ;
  • Accompagner les parents, pour leur donner les clefs pour surmonter les difficultés actuelles et pour mieux accompagner leurs enfants dans la construction de leur avenir ;
  • Orienter et accompagner les enfants et les jeunes dans la construction de leur futur.

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse, et après ?

Le projet Solidarité Liban – Enfants en détresse, qui s’étale sur 3 ans, viendra concrètement en aide aux enfants et jeunes Libanais en situation de grande vulnérabilité, mais ce projet de grande envergure a aussi pour objectif de recueillir les expériences en matière d’accompagnement des enfants et jeunes en temps de crises, de les analyser, afin que cela soit ensuite largement diffusé via le réseau Partage RISE et au-delà, pour que cela serve de support, de guide pour d’autres acteurs, dans d’autres contextes.

Budget

Le budget du projet est de 1 300 000 €

Vous financerez notamment :

  • les séances de soutien psychosocial ;
  • les formations professionnelles ;
  • les sessions de soutien scolaire et d’aide aux devoirs ;
  • les sessions d’alphabétisation ;
  • les échanges d’expériences en temps de crise ;
  • la mise en oeuvre et le suivi du projet ;
  • la communication et les publications.

Vous souhaitez soutenir avec PARTAGE les enfants et jeunes du Liban ? N’attendez plus !

Je soutiens le projet
agence web agence web