CWCN&VOC

Partenaire de Partage depuis 2005, les associations CWCN&VOC interviennent à Katmandou et sa vallée au Népal.
Des élèves en cours dans l'école de notre partenaire
Des élèves en cours dans l’école de notre partenaire

Les actions de CWCN&VOC

Ces 2 organisations travaillent à la réinsertion sociale et/ou familiale des enfants des rues.
CWCN offre aux enfants en situation de rue un hébergement en foyer, ainsi que la possibilité de reprendre des études et de suivre une formation professionnelle. En parallèle, CWCN intervient dans le domaine de la santé à travers la mise en place d’une clinique mobile et la coordination avec des centres médicaux d’urgence. VOC accueille les enfants des rues dans des centres d’hébergement d’urgence où un accompagnement fort est apporté aux enfants afin d’assurer leur réinsertion sociale et/ou familiale. VOC mène également des actions de protection alternative, comme le programme « Famille d’accueil », de sensibilisation et de prévention contre les abus sexuels.

Nos objectifs

Fournir soutien et protection aux enfants des rues et les aider à améliorer leurs compétences afin de les préparer à leur insertion sociale et familiale.

  • Focus sur une action

    LES ENFANTS DES RUES

    Un bénéficiaire de VOC
    Un bénéficiaire de VOC

    La problématique des enfants des rues est un enjeu majeur pour le Gouvernement qui a adopté une nouvelle loi en faveur du droit des enfants des rues en mai 2016 en coordination avec le Bureau Central de la Protection de l’Enfance. Cette loi assure le secours, la protection et le suivi des enfants des rues autour d’une ligne directrice qui impose désormais que chaque enfant soit sauvé et placé en centre d’accueil d’urgence. Aucune aide ou suivi n’est désormais apporté aux enfants directement dans la rue par les ONG. Le Gouvernement a pour mission de récupérer tous les enfants vivant dans les rues afin de les référer à six associations népalaises reconnues pour leur travail en faveur de ceux-ci, dont VOC et CWCN.
    Depuis quelques mois, nos deux partenaires ont ainsi connu d’importants changements dans leurs actions en mettant fin à leur travail de rue pour se concentrer sur l’accueil des enfants de plus en plus nombreux dans les centres d’urgence. Ils font tout ce qui est en leur pou¬voir pour que les projets soient protégés de ce contexte politique et économique instable. Chaque jour, ils se battent pour offrir un avenir meilleur à tous ces enfants sans repère, en les préparant à devenir les futurs acteurs de la société népalaise.
    Selon le Centre Népalais de Protection de l’Enfance, 5 000 enfants vivent encore à ce jour dans les rues au Népal, dont 1 200 à 1 500 dans la seule vallée de Katmandou.
    Ashish, 5 ans, est le plus jeune pensionnaire du centre d’accueil d’urgence de VOC. Avec son frère Yukash, de 2 ans son aîné, ils ont été référés à VOC par les services de secours du Gouvernement.
    Quelques années auparavant, les 2 jeunes garçons avaient quitté leur village pour Katmandou avec leurs parents, en quête d’un emploi. Cependant, les parents étant tous deux alcooliques, la moindre roupie gagnée était dépensée pour assouvir leur addiction. Le père a soudainement disparu, sans explication. La mère s’est mise à mendier avec ses enfants. Affectée par le VIH, son état de santé s’est rapidement dégradé jusqu’au jour où elle a laissé ses enfants seuls dans la rue. Après plusieurs semaines de survie et de mendicité dans la rue, les deux enfants ont été identifiés par les services de l’Etat et conduits auprès de VOC.
    Personne ne sait où se trouve leur mère. Selon ses connaissances de la rue, elle était à l’hôpital mais les équipes de VOC et du Gouvernement l’ont cherchée partout, en vain. A leur si jeune âge, il est primordial pour assurer le bon développement de ces deux enfants qu’ils soient entourés par leur famille. Ainsi, avec l’aide de la police, VOC continue ses recherches pour retrouver des parents ou autres proches qui pourraient prendre soin d’eux.
    En attendant, après avoir passé la plus grande partie de leur vie dans la rue, Ashish et son frère apprennent aujourd’hui à vivre dans le cadre stable et protecteur du centre de réintégration. En ce lieu, les éducateurs de VOC recréent un environnement familial, tout en intégrant les enfants dans un cursus scolaire non-formel afin de préparer au mieux leur réintégration.

    Extrait du Rapport d’activité 2017

agence web agence web