Protéger l'environnement par l'éducation

Projet avec notre partenaire Compartir - Honduras

[CONTEXTE] Honduras : un enjeu croissant de gestion des ressources naturelles restant insuffisamment partagée par la population

Le Honduras, pays d’Amérique centrale, figure parmi les plus pauvres de la planète.

Le pays est d’une grande vulnérabilité climatique. Ainsi, à titre d’exemple, dans la région de Tegucigalpa, on enregistre :

  • Diffusion limitée des connaissances, des attitudes et des bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement au niveau des ménages (lavage de mains, évacuation des déchets, stabilisation localisées des sols, etc.).
  • Glissements de terrain affectant directement les établissements scolaires (construction anarchiques, inondations, absences de barrières qui permettraient la rétention et la stabilisation des sols, etc.).
  • Taux de prévalence élevés de maladies gastro-intestinales graves et/ou de maladies virales transmises par les moustiques (dengue notamment) liées à des conditions sanitaires inadaptées dans la communauté, à la prolifération des moustiques dans les maisons, les établissements éducatifs et les terrains en friche et à une très mauvaise gestion des déchets solides et liquides dans les communautés.

Malgré l’urgence de la situation, ressentie par le plus grand nombre, les efforts de la communauté éducative, de la famille et de l’organisation communautaire dans la gestion intégrée du risque, du changement climatique et de la santé environnementale sont aujourd’hui très limités.

L’État du Honduras cherche pourtant à encourager une éducation responsable, plus verte, notamment en faisant la promotion d’un label récompensant les meilleures pratiques environnementales : «  Instrumento Normativo de Centros Educativos Verdes y Seguros » (Instrument des normes imposées aux établissements éducatifs verts et sûrs). Le Département de l’Éducation et de la Communication Environnementale et de la Santé (DECOAS) met à disposition des écoles des outils et des bonnes pratiques environnementales qui doivent être appliqués pour obtenir le label.

Ces efforts, s’ils sont importants et décisifs, sont mal connus et mal relayés sur le terrain.

Les enfants et les familles doivent prendre conscience de leurs droits et devoirs pour devenir les premiers acteurs de changement. Ils pourront ensuite, au travers d’espaces de dialogue, influencer les institutions gouvernementales et municipales afin qu’elles s’engagent concrètement pour l’environnement et la sécurité environnementale de la population.

[PROJET] Contribuer à la protection de l’environnement par l’éducation environnementale

La dégradation de l’environnement au Honduras doit unir les efforts de chacun et passer par des actions concrètes pour entraîner un changement de comportement global. Pour cela, les actions doivent impérativement concerner toute la communauté et impliquer les enfants et les jeunes.

Concrètement, le projet vise à renforcer l’éducation environnementale dans 13 écoles : 7 maternelles et 6 écoles primaires, en sensibilisant la communauté scolaires et les quartiers participants à l’importance de la protection de l’environnement et à la recherche de solutions concrètes et locales, fondées sur les principes du développement durable.

Plus précisément, il s’agit d’organiser des réseaux d’acteurs dans chaque école. Des outils de sensibilisation seront créés pour diffuser les valeurs et attitudes à adopter pour faire face à ces défis environnementaux et avoir des effets positifs sur la santé.

De nombreuses activités seront mises en place :

  • Formations à destination des enfants et des acteurs de la communauté en éducation environnementale : 3 ateliers par trimestre de 8h pour 100 personnes au cours desquels les manuels pédagogiques nationaux seront diffusés ;
  • Aménagement des écoles avec prise en compte de l’environnement : mise en place de poubelles de recyclage et de compost, confection de panneaux par les enfants avec des messages sur le respect de l’environnement (ne pas gâcher l’eau et l’électricité par exemple) ;
  • Explication des pratiques de traitement des déchets appropriées, avec mise en place d’un planning de gestion des déchets solides Équipement de bacs de tri dans 3 écoles ;
  • Organisation de campagnes de nettoyage trimestrielles dans les écoles, avec les enfants et les parents, comprenant des diagnostics des déchets et apprentissage des règles de réutilisation et de recyclage ;
  • Organisation de visites au Centre de formation écologique pour 1 230 élèves et accompagnateurs ;
  • Ouverture d’un espace qui fera office de laboratoire biologique de production d’engrais, d’insecticides et de fongicides organiques pour lutter contre les parasites et maladies ;
  • Mise en place de comités de suivi du projet ;
  • Échanges d’expériences avec des personnalités influentes pour soutenir les actions du projet ;
  • Participation des acteurs publics et privés de la communauté comme des centres éducatifs, des employeurs, des centres dépendant de la santé publique, des tables rondes inter-secteurs, le comité des familles du quartier, des administrations scolaires, l’association des parents et des organismes de l’eau.

[IMPACTS] Pour un changement des mentalités et vers l’adoption naturelle d’attitudes responsables

L’impact à court terme est l’amélioration des connaissances et un changement d’attitude dans l’utilisation des ressources naturelles disponibles pour 1 390 personnes. En devenant systématiques, les bonnes pratiques stimuleront une culture responsable vis-à-vis de l’environnement.

Dans cette perspective, les environnements des écoles seront nettement améliorés en vue de devenir des « Centres éducatifs verts et sûrs ». La participation des enseignants au projet fait qu’ils deviendront des acteurs clés pour poursuivre la promotion du respect de l’environnement et qu’ils intégreront cet élément dans leurs enseignements.

Ce projet, mené avec diverses instances gouvernementales, facilitera l’obtention de ressources techniques et de matériels destinés à améliorer les environnements scolaires.

Le fonctionnement multi-acteurs de ce projet a pour vocation de sensibiliser le plus grand nombre et de pérenniser celui-ci. Les instances d’éducation telles que le Ministère de l’Éducation et de la Communication en matière d’Environnement (DECOAS), l’Inspection départementale de l’Éducation et les Directions régionales sont les instances officielles qui garantissent le suivi et la durabilité des actions du projet.

Budget

Le budget du projet est de 44 862 €.

Vous financerez notamment :

  • les formations et les campagnes ;
  • la visite au centre de formation écologique ;
  • la mise en place d’un espace qui fera office de laboratoire biologique.
Je soutiens le projet
agence web agence web