Nos programmes au Honduras

HondurasAu Honduras, la violence est particulièrement élevée, spécialement dans les quartiers défavorisés, avec les maras (gangs armés internationaux). Les conditions de vie dans les quartiers les plus défavorisés sont très difficiles (chômage, violence, décomposition familiale…). L’enseignement dans les écoles publiques de faible qualité et les classes trop nombreuses pour permettre un soutien des élèves en difficulté, ont pour conséquence des taux d’échec et d’abandon scolaire élevés.

honduras quartier de Tegucigalpaje ne peux plus aller nulle part – témoignage de Yennifer, 15 ans

Avant, dans mon quartier de Los Pinos, on était tranquille. On pouvait aller et venir sans que personne ne nous embête ou nous dise quelque chose… Mais le temps a passé et tout a changé. L’insécurité s’est emparée de notre quartier, les gangs se battent pour défendre leur territoire, on ne peut plus circuler d’un secteur à l’autre… il y a des gangs qui rackettent les commerces et même les familles et celui qui ne paie pas termine à l’hôpital ou au cimetière… L’insécurité est un problème qui s’est installé dans notre pays, mais plus encore dans les quartiers populaires, parce que c’est là qu’il y a le plus de délinquance.

Malgré tout, dans ces circonstances difficiles, nous donnons le meilleur de nous-mêmes, nous luttons avec nos familles pour nous en sortir… car nous savons que nous, les jeunes, nous pouvons transformer nos quartiers, parce que nous sommes une génération qui rêve, aime et grandit.

COMPARTIRenfants bénficiaires de compartir au honduras

Partenaire de Partage depuis 1992
Localisation : Tegucigalapa

Au Honduras, Compartir travaille dans les 3 quartiers défavorisés (Nueva Suyapa, Villa Nueva et Los Pinos) de la capitale, Tegucigalpa. L’association apporte un soutien aux enfants en difficulté et à leur famille. Elle propose différentes activités aux enfants et jeunes : soutien scolaire, activités artistiques et sportives, bibliothèques… ainsi que l’accompagnement social des familles. De plus, des séances d’information et de sensibilisation sont organisées pour les parents sur différents thèmes (hygiène, alimentation…). Notre partenaire hondurien réalise également des visites à domicile des familles.

Nos objectifs

  • Favoriser le développement intégral des enfants et jeunes et contribuer à la prévention de la violence en générant des opportunités éducatives, récréatives et culturelles.
  • Renforcer les organisations communautaires à travers des processus d’organisation, formation et mobilisation sociale pour le développement communautaire et le plaidoyer politique.

Comment Compartir a changé ma vie – Témoignage de Cristóbal, 14 ans

Je suis né dans une famille très démunie. Quand j’étais petit, je n’étais pas conscient de la situation économique de ma famille. Mon père était alcoolique. Il arrivait toujours ivre à la maison. Il battait ma mère. Cela me rendait très malheureux. J’ai commencé à lui en vouloir et à éprouver de la haine et du mépris pour lui. Comme je voyais mes frères boire de l’alcool et fumer. Alors, j’ai été tenté de goûter ces drogues, et j’ai essayé. Il y a deux ans, j’ai décidé d’arrêter et j’y suis parvenu grâce à l’Association Compartir. C’est là que j’ai passé la plus grande partie de mon temps.

Grâce à ce programme, j’ai connu beaucoup de monde. Je me suis fait beaucoup d’amis et d’amies qui me donnent toujours de très bons conseils… L’Association Compartir qui m’a aidé à résister à mes mauvais penchants, à poursuivre mes études et à faire des efforts pour atteindre mes objectifs. Je suis la fierté de ma famille et rêve de pouvoir un jour faire partie de la police nationale. J’en ai parlé avec Maman et elle m’y encourage. Depuis quelques temps, Papa a cessé de boire et je ne le déteste plus. Ma situation n’est pas la meilleure du monde, mais je n’en demande pas plus. Ma mère et mon père m’aiment et je reçois le soutien de Compartir. C’est pourquoi je suis très reconnaissant.

Merci, chers parrains et marraines, de nous soutenir par vos dons à l’Association Compartir et surtout par votre affection et votre tendresse à notre égard. Sans tout cela, je serais un consommateur de drogue et je vivrais dans la rue.

donner_home_on

A lire également :

honduras prevention de la violence

PRÉVENTION DE LA VIOLENCE AU HONDURAS

protéger les enfants au Honduras

Aidez-nous à protéger les enfants au Honduras !



Association Partage

40 rue Vivenel BP 70311 60203 Compiègne Cedex – France // Tel : +33 (0)3 44 20 92 92 // Fax : +33(0)3 44 20 94 95